Skip to content

Ori Huchi Kozia

Biographie

«L'art par effraction»

Je suis Ori Huchi Kozia, un jeune auteur et réalisateur indépendant de Brazzaville, au Congo, qui fait partie d'une nouvelle génération de cinéastes africains contemporains. Je vis et travaille au Congo.
Mon processus relie plusieurs médias: la performance, l'art vidéo et le film expérimental. Je crée des personnages surréalistes, que ce soit en les mettant en scène dans un film ou en les confrontant au monde réel dans des lieux publics ou des espaces de théâtre, costumés et maquillés avec des objets trouvés. Mes films interrogent à nouveau le sens des choses, mon rapport au monde, à l'art et à nous tous. Arte povera trouve ici le sens de son existence et la mesure de sa justification esthétique, sociale et politique. En commençant par l'art vidéo, l'instaltion vidéo et la ficition expérimentale, je développe et expérimente une sorte d'esthétique du chaos qui convoque des univers bizarres, surréalistes - parfois sublimes et inattendus, étranges ou visionnaires.
Je suis entré dans l'art par effraction. L'impulsion créatrice s'applique partout. J'ai donc commencé à filmer des «choses» avant même de savoir ce qu'était la déclaration d'un réalisateur ou une liste de plans. Pour la simple raison qu'au Congo, il n'y a pas de structure de formation qui accompagne la création. J'ai dû apprendre en faisant. J'ai débuté en 2009 en tant que stagiaire en direction son et lumière à l'Institut Français du Congo. Sans formation ni expérience, j'ai tourné mon premier clip de danse «Le Dieu danseur» inspiré de la citation de Nietzsche «Je ne peux croire en aucun dieu qui ne sache pas danser». Ce travail marque les esprits et sera adapté pour la scène. La vidéo a été très bien accueillie au festival vidéo de danse de Bourgogne, France. Ensuite, j'ai réalisé mon premier «vrai» film documentaire en 2010 «Joy and Me», qui a été diffusé sur les chaînes de télévision francophones et a été sélectionné au Festival du film panafricain de Cannes en 2011.

Mais ce que je voulais du cinéma était différent et radical. Je voulais faire différents films, d'une manière différente, proposer un autre cinéma, une autre vue, une autre esthétique. Étant donné que je suis le plus jeune de ma génération, cela a conduit à un malentendu important de la part des réalisateurs congolais plus âgés. Personne n'a compris mes films.
En réaction à cela, en 2011, j'ai filmé de manière indépendante une fiction expérimentale «BAD APPLE» sur une scène de théâtre vide, où les acteurs mimaient le décor.
En 2012, j'ai obtenu une bourse «EGIDE» pour une formation de deux mois en documentaire à la FEMIS à Paris. C'était ma seule expérience institutionnelle en formation cinématographique. De retour au Congo, j'ai rejoint un studio d'art contemporain, et j'ai remporté le premier prix d'art vidéo avec deux vidéos que j'ai réalisées avec mon téléphone portable: «TRAUMA» et «EPHEMERE» (Ephemeral). En 2014, j'ai reçu une bourse pour une résidence d'écriture et de recherche de 4 mois en France, à la Cité Internationale des Arts de Paris. Cela a été rendu possible grâce à un programme de bourses à l'Institut Français «Visas pour la création». Ensuite, je suis allé à Rotterdam en 2015 avec «EPICURA», un film presque sans dialogue, FILTRÉ ou RAFFINÉ, avec une liste de plans entre film expérimental, vidéo d'art et essai cinématographique. Sélectionné pour le Festival international du film de Rotterdam.

«KATAMALANASIE» marque un tournant décisif dans ma progression esthétique, et mes choix de mise en scène: un autre pas vers la création.

Travaux en tant qu'auteur, réalisateur et producteur

2014 EPICURA Brazzaville, Fiction. 26 min. 
2013 NEUROSIS. Brazzaville, Video art. 11 min. 
2012 EPHEMERAL. Brazzaville, Video art. 3 min
2012 TRAUMA. Brazzaville, Video art. 5 min. 
2012 GOUEMO. France, Documentary. 20 min. 
2011 BAD APPLE. Brazzaville, Fiction. 15 min. 
2010 JOE AND ME. Brazzaville, Documentary. 26 min
2010 THE DANCER GOD. Brazzaville, Fiction. 13 min